Étirements ballistiques

Étirements ballistiques

Parmi les différents types d’étirements, il y a les plus connus qui sont les étirements statiques (mentionnés dans un autre article). Bien que ces étirements ne soient pas optimaux avant une compétition, certains autres types peuvent l’être. C’est le cas des étirements ballistiques.

Qu’est-ce que c’est?

Les étirements ballistiques (parfois appelés étirements dynamiques) sont des types d’étirements qui utilisent un momentum du segment pour étirer le muscle. Le terme « dynamique » réfère à un effort musculaire, en ce sens que les muscles antagonistes doivent effectuer un effort pour que le muscle agoniste soit étiré. Un des étirements types est le balancement de la jambe. Vous avez tous surement déjà vu ça, un athlète en appui sur une jambe sur la pointe des pieds, qui fait balancer sa jambe dans le plan frontal et/ou sagittal. Cet étirement est le plus fréquemment utilisé, mais il y en a une panoplie d’autres.

Pourquoi ce type d’étirement peut se faire avant la compétition alors que c’est moins recommandé pour les étirements statiques?

Bonne question. Dans un premier temps, je dois peut-être rappeler que les étirements statiques avant la compétition semblent diminuer la rigidité du muscle ce qui diminue l’efficacité mécanique durant une activité cyclique, par exemple la course. Une des explications qui est plausible est le fait que les fibres musculaires sont plus étirées. Par contre, lors des étirements ballistiques, le muscle n’est pas étiré assez longtemps pour perdre l’élasticité qu’il possède. De créer une grande tension dans le muscle soudainement sert principalement à « mélanger » les systèmes de contrôle du muscle, qui empêchent le muscle d’être trop étiré, soit l’appareil tendineux de Golgi et les faisceaux neuro-musculaires. Le rôle du faisceau neuro-musculaire, est d’envoyer un message au cerveau, lorsque la tension dans le muscle est trop grande, afin que le muscle arrête de s’étirer. La tension est donc « transférée » dans les tendons, où elle est captée, si je peux dire, par l’appareil tendineux de Golgi. Si la tension est supérieure à un seuil de déclenchement, l’appareil tendineux de Golgi envoie un signal réflexe qui ordonne au muscle tendu de se relâcher, pour éviter les blessures, par exemple un claquage.

En plus clair, lorsque nous faisons des étirements dynamiques, nous amenons une grande tension dans le muscle, ce qui abaisse le seuil de déclenchement des appareils tendineux de Golgi. Ceci permettra une plus grande mobilité, et aussi une force dans une plus grande amplitude de mouvement.

Marc-Antoine Pépin
B.Sc. Kinésiologue, CSCS
Kinésiologue accrédité FKQ
pepin.marc.antoine@gmail.com


Back to desktop version Back to mobile version