5 erreurs à éviter

Cet article sera le premier d'une série d'articles. Le but est simple, mettre en évidence certaines erreurs communes observées auprès d'une multitude de clients. Évidemment, il ne faut jamais complètement généraliser.


1) Ne pas se poser des questions quand notre variété de suppléments alimentaires consommée quotidiennement est plus importante que celle de nos aliments ! Il n'y a, en général, aucune logique à devenir une pharmacie ambulante, même dans un contexte d'optimisation des performances. Éviter donc de consommer une panoplie de suppléments alimentaires si vous ne comprenez pas le pourquoi de leur utilisation. Citer l'explication sur le pot de Extreme Big Muscle comme justification n'est pas valable. Cette dernière pourrait être la généralisation d'une conclusion d'étude spécifique (ex.  : sur des obèses, voir même des rats peut-être!?) à la population générale de sportifs...

2) Croire encore que la créatine Kre-alkalyn est supérieure à la créatine monohydrate malgré toutes les prises de position récentes effectuées par des associations de scientifiques et les résultats d'études comparatives.


3) Penser optimiser notre gain de masse maigre avec une collation post-entrainement hypocalorique. Ici, on parle plus précisément des personnes qui consomment un fruit ou un simple ''shake'' de protéines dans l'eau sans aucun glucide, mais surtout sans remanger dans un délai raisonnable après cette collation. Un petit conseil, profitez donc de la fenêtre anabolique qui suit l'entrainement en mangeant un peu plus, et ce, même dans un contexte de perte de gras. Vous diminuerez vos apports à un autre moment de la journée.

4) Passer des nuits blanches à penser au contrôle hormonal (cortisol et compagnie), quand on ne connait pas encore les bases de la nutrition (apport en différents macronutriments, les sources de bons gras, etc.). Procédez de façon logique afin de parfaire votre éducation en gestion du poids / performance, surtout si vos connaissances en nutrition ou votre alimentation sont à revoir.

5) Finalement, je lance une pointe au compétiteur de Crossfit qui veut performer, mais qui mange comme un athlète de fitness en phase de pré-compétition. Ce n'est pas l'approche à adopter, surtout lorsque ce dernier s'entraine 10-15 h par semaine à haute intensité en combinant des efforts en force et en endurance !




Par Steven Couture
, M.Sc, Dt.P
Nutritionniste du sport
www.nutritionniste-sportif.ca

Me suivre sur Facebook: https://www.facebook.com/PerformancesSports?fref=ts

 



Back to desktop version Back to mobile version