Boissons énergisantes, dangereuses?

Cet article présente des éléments tirés de la littérature scientifique (chez l'adulte).

Depuis les dernières années, les boissons énergisantes se font critiquer négativement par les médias, mais également par la communauté médicale. Pourquoi? Principalement car elles contiennent généralement des quantités importantes de caféine et de sucres, et peuvent potentiellement avoir des effets délétères lorsqu’on les mélange à de l’alcool.

Lorsque les boissons énergisantes sont utilisées de façon normale, on peut répertorier des études de cas ou des rapports d’évènements négatifs, mais ceux-ci semblent servir à documenter une association potentielle et non à établir une causalité. Selon un review récent, il semblerait que dans la réalité actuelle seulement quelques études se sont penchées sur les effets secondaires des boissons énergisantes. Les deux principaux éléments sur lesquels on pourrait jeter le blâme d’induire des effets secondaires sont la quantité de caféine et de sucres simples qu’elles contiennent. Plus précisément, certaines boissons énergisantes peuvent contenir entre 25 g et 50 g de sucres simples, donc l’ingestion de celles-ci avant l’exercice cause l’élévation rapide de l’insuline afin de maintenir les niveaux de glucose sanguin dans la normale. Pour cette raison, les diabétiques et les pré-diabétiques doivent éviter de les consommer ou peuvent se tourner vers des versions faibles en sucres.

Certains sont également concernés par le fait que les boissons énergisantes peuvent aisément augmenter la dose journalière de caféine consommée par la population. De façon générale, elles vont contenir entre 100 mg et 286 mg de caféine. À titre de comparaison, le contenu d’une tasse de café peut varier entre 40 mg et 150 mg de caféine. Aux Etats-Unis, certains cafés du Stackbucks peuvent contenir 480 mg de caféine. Pour l’individu normal, les recommandations quotidiennes suggèrent de ne pas dépasser 400 mg. En effet, Nawrot et collaborateurs ne rapportent aucun effet négatif suite à une consommation quotidienne sous les 400 mg chez une population en bonne santé. Dans un autre review, Higdon et collaborateurs rapportent des résultats similaires avec des doses de 3 mg par kilos de poids de corps. Vous pouvez lire l’article sur la caféine disponible dans la section nutrition sportive du site afin d’avoir un aperçu des quelques effets secondaires qui peuvent survenir.

Il y existe tout de même un autre problème présent dans ces boissons énergisantes, elles contiennent parfois différents ingrédients comme d’autres stimulants, des extraits de plantes et des acides aminés. La combinaison ou la synergie de tous ces ingrédients n’a jamais été étudiée, bien que l’on connaisse l’effet sur le corps de certains de ces composés si pris de façon isolée.

Les conclusions que la science nous rapporte sur la sécurité de l’utilisation des boissons énergisantes doivent être analysées attentivement, parfois elles ne concordent qu’en partie avec le message qui est actuellement véhiculé par les autorités en santé publique. Les individus avec certaines conditions médicales (ex : syndrome métabolique et diabétiques) doivent éviter la consommation de boissons ou d’aliments contenant des glucides à haut indice glycémique et par le fait même, également éviter les versions normales (élevées en énergie) des boissons énergétiques. Il est également conseillé pour les individus avec des troubles cardiovasculaires de les éviter complètement. En effet, la caféine et certains stimulants pourraient altérer certains paramètres cardiaques chez des individus ayant des conditions pré-existantes. Des études scientifiques suggèrent qu'elles doivent être également supprimées de l'alimentation des individus souffrant de troubles neurologiques. Chez les personnes en bonne santé qui en consomment de façon occasionnelle, il ne semblerait pas avoir de problème majeur, du moins peu d’effets néfastes ont été rapportés. Davantage d’études à court et long terme doivent être effectuées afin de mieux démystifier si certains facteurs pourraient engendrer l’altération de la santé des individus.


Par Steven Couture

Nutritionniste sportif
Éditeur chez Performances Sports


Références

Nawrot P, Jordan S, Eastwood J, Rotstein J, Hugenholtz A, Feeley M: Effects of caffeine on human health. Food Addit Contam 2003

Higdon JV, Frei B: Coffee and health: a review of recent human research. Crit Rev Food Sci Nutr 2006, 46:101–123.

McCusker RR, Goldberger BA, Cone EJ: Caffeine content of specialty coffees. J Anal Toxicol 2003, 27:520–522.

Worthley MI, Prabhu A, De Sciscio P, Schultz C, Sanders P, Willoughby SR:
Detrimental effects of energy drink consumption on platelet and endothelial function. Am J Med 2010, 123:184–187.

Petit A, Levy F, Lejoyeux M, Reynaud M, Karila L: Energy drinks: an unknown risk. Rev Prat 2012, 62:673–678.

Howland JRDJ: Risks of energy drinks mixed with alcohol. JAMA 2012, :1–2 [Epub ahead of print].

Clauson KA, Shields KM, McQueen CE, Persad N: Safety issues associated with commercially available

Higgins JP, Tuttle TD, Higgins CL: Energy beverages: content and safety. Mayo Clin Proc 2010, 85:1033–1041.



Back to desktop version Back to mobile version